Gaspard Sommer et Melissa Bon : jazz bonnard d’un bon été

Partager

Vendredi, pour l’avant-dernière soirée du Cully Jazz Estival, les Genevois Gaspard Sommer et Melissa Bon sont venus faire rêver le public du Next Step et notre journaliste de caveaux.

Vous vous souvenez des boîtes de jazz de la Nouvelle-Orléans, dans les années 40 ? Celles que chante Michel Jonasz. Eh bien, nous non plus. Mais Gaspard Sommer et Melissa Bon, lui et elle, semblent s’en souvenir parfaitement. Presque nostalgiques d’une époque inconnue. Avec le saxo qui frappe et le piano qui cogne.

Lui a la voix nasale, écorchée et espiègle. Une empreinte soul dans cet organe qui rappelle parfois George Benson. Elle a le chant doux, chaud et suave. Une tessiture qui n’a rien à envier à une certaine Alicia Keys. Lui et elle s’imbriquent vocalement, fait pour chanter ensemble des notes perchées, rassurantes. «Nous nous sommes rencontrés par le biais de la chanteuse suisse Flèche Love, avec qui j’ai l’habitude de travailler», détaille Gaspard par téléphone, après le concert.

Vieux projet, ensemble blanc et accent genevois

Cela fait plus d’un an et demi que la programmation du Cully Jazz attendait la prestation de la chanteuse franco-genevoise et du chanteur genevois. Depuis octobre 2019, juste après qu’elle et il aient sorti un album chacune et chacun de leur côté. Commandée pour le mois d’avril 2020. «Je ne vous explique même pas pourquoi ça n’a pas été possible», ironise Jean-Yves Cavin, le co-directeur du Festival, dans son fameux discours d’ouverture des concerts. Le public rit jaune, toujours démasqués, dans ce Next Step à l’éclairage orangé.

Accompagnés de l’Organic Frame (les musiciens de cette création originale), les artistes du bout du Léman se trémoussent, dansent, «s’enjaillent», lance une festivalière à celle qui semble partager sa vie. Dans son ensemble blanc, Melissa se balance, sans jamais être interrompue par l’amplitude de son vêtement. Bomber rouge, t-shirt blanc, pantalon noir et casquette vissée sur la tête, Gaspard donne le rythme de tout son corps. Elle et il donnent soudain un sérieux coup de jeune à cette musique d’il y a 80 ans. «C’est une super ambiance – se réjouit Mélissa. – À force de monter sur scène, on peut finir par développer une routine. La pause forcée par la pandémie nous permet maintenant de ressentir de nouvelles émotions pendant le concert».

«Ça va, ou bien ?» Rattrapé par des bribes d’accents genevois, Gaspard Sommer transpire le besoin de communiquer avec le public, «son» public. Plus discrète, Melissa Bon préfère lâcher des «merci beaucoup», timides. Chacune et chacun sait laisser de la place à l’autre. Un solo, puis un autre, avant l’extase d’un orchestre hurlant. Au milieu, une chanson en français. Tout paraît parfaitement millimétré dans cette création originale. Peut-être un tantinet sirupeux par instants. On se plait à chercher des aspérités dans ce tableau. On échoue. Dommage. Le mieux serait il l’ennemi du bien ?

Gaspard Sommer et Melissa Bon étaient sur la scène enflammée du Next Step, vendredi soir. © LoOrent

Vague humaine, rêve et regrets

Mais le spectacle reste unique, (trop) travaillé et délicieux. L’assemblée est invitée à se lever pour danser – «Si c’est ok pour les personnes qui sont à votre gauche et à votre droite», tempère le soulman qui sortira son deuxième album en février prochain. Le public n’hésite pas et, dans un mouvement synchronisé, créé une vague humaine qui se dresse devant l’une des deux scènes du Festival IN. Les cuivres s’excitent et accompagnent avec folie cette décontraction.

La dernière chanson du set pointe le bout de son nez. La jazzgirl prévient et regrette. Un regret qui transparait sincèrement quand, dans les parties instrumentales, le duo d’un soir s’exclame des «Merci, vous êtes magnifiques. Ça fait tellement longtemps». La vague humaine acquiesce et, comme celles qui nous portent sur les bords de mer, peu après les dernières notes, se dissipe discrètement. Gaspard Sommer et Melissa Bon ? Disparus. Tout deux. On croirait avoir rêvé.


Le Cully Jazz Festival, en version estivale, se déroule du 20 au 29 août 2021.
Infos, billetterie et programme sur cullyjazz.ch.

Cully Jazz Estival 2021 – Gaspard Sommer et Melissa Bon (c) Dom Smaz
Posté par Malick Reinhard
samedi 28 août 2021
Catégories
Compte-rendu, Programme

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *