Un samedi en clair-obscur

Partager

Ce samedi soir, effluves de rhum et volutes de Havane envahiront le Chapiteau. La légende cubaine Chucho Valdés distillera son mojito salsa-jazz avec toute une troupe de jeunes musiciens talentueux. Autant le préciser d’emblée, le concert se jouera à guichets fermés, de même que le combo français Laurent Coulondre Trio qui se produit le même soir.

Qu’à cela ne tienne, d’autres virtuoses caresseront votre ouïe de leur indéniable génie. Que ceux qui voudraient goûter malgré tout au charme caribéen, s’en aillent écouter le Panama’s Jazz Band. Qu’on se le dise tout de suite aucun relent de scandale n’éclabousse la musique de ces vieux briscards du jazz. Du Panama, ils ont gardé le chapeau et la classe en revisitant les plus grands standards de Duke Ellington à Louis Armstrong.

Sur la scène du Next Step, Grand Pianoramax nous conviera à une grande messe urbaine. Le pianiste virtuose genevois Léo Tardin, accompagné de ses acolytes, guidera les spectateurs dans une grande cité sonore mêlant à la fois jazz, funk et hip-hop. Une subtile partition en noir et blanc à ne rater sous aucun prétexte, d’autant que l’entrée est gratuite.

Avant de se perdre dans les méandres du bourg cuilléran au crépuscule, pourquoi ne pas prendre un peu de hauteur? Il suffit de sauter dans le train et descendre à la gare de Rivaz, point de départ d’une noble balade au cœur du vignoble du Dézaley. Le conteur du Pays de Vaud, Pierre Corajoud, nous transportera au son des mots, avant que Gypsy Galaxy ne nous mette en orbite avec son jazz manouche enflammé.

Ceux qui voudraient continuer à planer ne rateront pas la performance de Tobias Preisig et Stefan Rusconi. Le duo orgue et violon fera voltiger tout en suavité les notes de son dernier album Levitation dans l’enceinte du Temple en début de soirée.

Texte: Daniel Gonzalez

Posté par Bureau
vendredi 8 avril 2016
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *