Défrichage de jeunes pousses au festival IN

Partager

Déjà un mois que l’on se plonge avec délice dans les méandres de la programmation du 34e Cully Jazz Festival, dévoilée en grande pompe le 19 janvier dernier. Alors que vient de tomber l’annonce du remplacement de l’immense Malcolm Braff par l’énorme Kris Bowers, tous deux pianistes émérites, avec pour différences, outre leur attribut capillaire, leur âge et leurs influences, on se penche sur les talents de l’affiche 2016 ! Et si on s’intéressait de plus près aux jeunes pousses, dont la musique inspirée annonce des soirées à décoiffer du 8 au 16 avril 2016 ? Essayons avec trois découvertes de la scène internationale et des valeurs sûres du jazz helvétique, avant de vous livrer d’autres coups de cœur !

Les jumelles au tempo cubain : IBEYI
Terriblement douées, les deux soeurs Lisa et Naomi Diaz nous promettent une ouverture du festival en beauté ! Leurs racines franco-cubaines et l’influence de leur père, percussionniste au sein du Buena Vista Social Club, nous réservent un concert aux voix entremêlées d’harmonies au piano et au cajón. Un mélange bien orchestré qui n’a pas échappé au label londonnien XL Recordings et qui devrait se confirmer sous le Chapiteau le 8 avril !

En lévitation au Temple de Cully : Tobias Preisig & Stefan Rusconi
Presque des habitués du festival, faut-il encore le rappeler après leur passage remarqué en 2012? La vivacité et la créativité du duo suisse alémanique les ramènent au-devant de la scène, où un feu d’artifice de sonorités acoustiques nous attend au Temple le 9 avril, avec le vernissage de l’album «Levitation», enregistré sur les lieux en 2014. Une soirée qui va marquer les annales du festival !

L’ami brésilien philosophe : Tiganá Santana
Un patronyme de grand guitariste et une folk mélancolique, qui oscille entre poésie et magie aux couleurs du Brésil, son pays d’origine. Au Temple, il vient présenter son nouvel album, fruit de plusieurs collaborations musicales en Afrique, terre de ses ancêtres. Une quête de soi, qui devrait se concrétiser le dimanche 10 avril…

La bonne surprise du gratin américain : Kris Bowers
Un petit prodige venu des States, qui baigne dans le classique depuis sa plus tendre enfance, avant de découvrir le hip-hop et d’interpréter avec brio une reprise du rappeur Kendrick Lamar (avant son couronnement aux récents Grammy Awards). A consommer avec délice en vidéo, avant de l’apprécier en live le mardi 12 avril au Next Step !

Le DJ du coin en mode cinéma lointain: Gilles Peterson
L’audacieux artiste aux mille casquettes (DJ, producteur, animateur radio…) revient dans son jardin du Next Step le 13 avril pour mettre en lumière la chanteuse franco-cubaine de 22 ans, Daymé Arocena, révélation envoûtante, mais aussi son film documentaire aux musiques tout aussi enivrantes : «Havana Cultura Rumba Sessions: La Clave».

La crème du jazz suisse en primeur : Gauthier Toux Trio
Derrière Gauthier Toux Trio se cachent non seulement le pianiste aux compositions acclamées, mais aussi le bassiste Kenneth Dhal Knudsen et un batteur bien connu des festivaliers, Maxence Sibille (officiant au Caveau des Vignerons avec le Matthieu Llodra Trio) ! Leur jazz actuel devrait faire salle comble sous le Chapiteau le 15 avril, puisqu’ils jouent pour la première fois en public leur nouvel album «Unexpected Things» !

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.