Piccolo, Saxo et Infographie

Partager

Durant neuf jours, le village de Cully se transforme en un gigantesque terrain de jeu musical. Neuf jours qui verront les murs du village bercés des sonorités les plus diverses, allant des rythmes décomposés d’une batterie au mélodieux son d’une kora. Bois, cuivres, cordes et percussions étant amenés à se croiser sur l’une des trois scènes du Festival, nous nous sommes demandés quels instruments joueront ensemble du 10 au 18 avril.

Nous nous sommes concentrés, pour cette petite étude, que sur les concerts du Festival IN pour commencer. Les instruments du Festival OFF (et, par la suite, de l’ensemble du Festival) feront l’objet d’un nouveau post sur ce blog dans les mois à venir.

Méthodologie

Pour réaliser l’infographie ci-dessous, nous avons utilisé Gephi, logiciel libre d’analyse et visualisation de réseaux. Les données ont été collectées sur les fiches descriptives des artistes disponibles sur le site Internet du Festival et fournies par leurs dossiers de presse ou agents. Il se peut que ces informations ne reflètent pas exactement les instruments présents sur scène durant le mois d’avril. Malgré le descriptif reçu, Pura Fé pourrait par exemple jouer du tambour amérindien comme sur ses vidéos promotionnelles. Nous essayerons de mettre à jour l’infographie fin avril après avoir assisté aux concerts. Le concert de Stephan Eicher garde aussi sa part de mystère: jouera-t-il d’un instrument avec ses automates? Nous avons fait le choix de ne retenir, pour l’instant, que la voix et découvrirons le jeudi 16 avril ce que sa création nous réserve.

En insérant les données dans Gephi, nous avons veillé à ne pas faire interagir certains instruments joués par le même musicien. Autant il est possible de jouer de la guitare et chanter en même temps, autant Jonathan Handelsman du groupe de Manu Dibango aura du mal à faire du saxophone et de la flûte traversière en même temps (à moins qu’il soit extrêmement agile).

Nous avons également effectué les choix suivants:

  • Les voix et les chœurs ont été regroupés. Nous avons privilégié l’instrument plutôt que sa fonction au sein du groupe.
  • Si le type de saxophone n’était pas précisé, nous avons associé à l’artiste ceux qu’il joue le plus fréquemment. Si, tout d’un coup, Manu Dibango, joue à Cully du saxophone baryton sur un morceau, nous en prendrons note et mettrons à jour l’infographie.
  • Les guitares électro-acoustiques ont été interprétées comme étant acoustiques. Une petite exception a été faite pour la guitare portugaise dans le groupe accompagnant Ana Moura, instrument singulier dont nous avons aimé souligner la présence.
  • Nous avons différencié piano et claviers. Ces derniers apparaissent souvent dans le backline des artistes, mais il est difficile d’en connaître le type sans les avoir vus (Rhodes? Ms-20? Hammond?). De même, dans un souci de cohérence, nous n’avons pas fait d’entrée pour le « bass synth » d’Egopusher et l’avons classé sous « claviers ».
  • Nous avons, pour la même raison, différencié batterie et percussions. Les « percussions corporelles » de Faada Freddy ont été classées sous « percussions ».
  • Pour les instruments de l’orchestre String of Birds qui accompagnera Anouar Brahem, nous n’avons pas encore le détail des musiciens qui seront sur scène. Nous nous sommes donc basés sur la composition de l’orchestre figurant sur la page Facebook de l’ensemble et inscrit les instruments à cordes faisant partie de l’ensemble (10 violons, 3 alto, 3 violoncelles et 3 contrebasses).
  • Malgré le pluriel figurant sur la fiche de l’artiste, nous n’avons listé qu’une seule clarinette pour Yom, car le nombre d’instruments qu’il prendra avec lui est pour l’instant inconnu.
  • Nous avons regroupé les dénominations « FX » et « electronics » sous « électronique, effets », certains backlines utilisant deux termes différents pour définir la même chose.

Les musiciens du Festival IN se croiseront très certainement aussi après leur concert lors des jams du Caveau des Vignerons. Mais ça, c’est une autre histoire…

cjf_instruments_in

Télécharger l’infographie au format .pdf

La voix, reine du IN

La taille de chaque nœud représente le nombre d’instruments présents au Festival IN. L’épaisseur des liens, elle, représente le nombre de fois que les instruments sont amenés à se rencontrer.

Ce qui frappe tout d’abord, en plus de la multitude d’instruments, c’est la forte présence des chanteuses, chanteurs et choristes lors de cette édition 2015. La voix, premier instrument de musique qui nous ait été donné, reste au centre d’une multitude de concerts, et ce sur les trois principales scènes du Festival.

Le classique trio piano-contrebasse-batterie se dessine aussi distinctement, bien que piano et batterie sont amenés à se croiser moins, le clavier fréquentant davantage de violons lors de cette 33ème édition. Car s’il y a bien un instrument qui sera bien présent cette année également, c’est bien le violon: non seulement aux côtés d’Anouar Brahem, mais aussi entre les mains expertes de Yilian Cañizares, Tobias Preisig ou encore Sarah Neufeld.

Petit décryptage

Certains concerts du programme se dessinent clairement sur cette infographie.

Seul saxophone baryton répertorié cette année, Colin Stetson fera trembler les murs du Temple avec sa camarade violoniste Sarah Neufeld. A noter que le Canadien devrait venir aussi armé d’un saxophone tenor.

Le projet « Souvenance » d’Anouar Brahem est très visible également. Le joueur de oud sera, comme dit précédemment, entouré de l’ensemble à cordes bernois String of Birds, sans oublier ses comparses François Couturier au piano, Klaus Gesing à la clarinette basse et Björn Meyer à la basse électrique.

A projet singulier, instruments singuliers! Schallack se fait bien remarquer en bas à droite en formant un quadrilatère que seul un trombone ténor rattache au reste des instruments. A noter que djembé et doudoun ne sont pas reliés entre eux, car nous avons considéré que Roman Bruderer ne jouerait pas des deux en même temps.

Autre regroupement d’instrument singulier, le brass band qui accompagnera Erika Stucky sur scène. A noter que la célèbre chanteuse ne sera pas la seule accordéoniste du Festival, Vincent Peirani jouant dans le Daniel Humair quartet (quartet dans lequel figure également Emile Parisien, seul joueur de saxophone soprano répertorié).

Kasse Mady Diabaté et ses musiciens composent le petit triangle en haut de l’infographie avec leurs kora, n’goni et balafon. A noter que Ballaké Sissoko ne sera pas le seul joueur de kora de cette édition, Ablaye Cissoko rencontrant le trompettiste Volker Goetze samedi 11 avril.

D’autres instruments se font aussi remarquer, comme la harpe de Julie Campiche du projet Jibcae, la flûte traversière de Jonathan Handelsman ou encore les automates de Stephan Eicher (dont le nombre est inconnu).

Nus illustrons naturellement d’interactions théoriques entre les instruments. Si une des trompettes n’est jouée qu’en solo lors d’un morceau durant tout le concert, il est évident que les liens qui la rattachent aux instruments sont faux.

La voix restera-t-elle la reine des instruments sur l’ensemble du Festival? Réponse dans une prochaine infographie.

Posté par Adrián
mercredi 28 janvier 2015
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *