L’ultime cosmos

Partager

2 avril 2005. Le public du chapiteau regarde hagard la déferlante venir de la scène et lui arriver en pleine tronche. Sur les planches des tarés finis, qui balancent du lourd et du pas facile à écouter. Le haut du tableau: un certain Marc Ribot, venu tout droit des bas-fonds de la grande pomme avec ses airs de dealers pas très net et sa Telecaster aux effets franchement louches, et face à lui un clarinettiste contrebasse en provenance d’une ville bilingue du canton de Berne et dont les capacités pulmonaires étonnent encore les plus éminents spécialistes de la branche.

Décembre 2009. La crise économique a la gueule de bois et les suisses votent comme des andouilles. Histoire de leur remonter les bretelles, les tarés reprennent du service. On vous aura prévenu.

Posté par Bureau
lundi 21 décembre 2009
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.