Quand des Romands de Zurich font vibrer le THBBC

Partager

Mango Peaches & Lime: un nom tiré d’une chanson hip-hop pour un projet qui navigue entre techno-jazz et pop. A découvrir encore vendredi et samedi. C’est fruité et délicieux!

Cette année, la scène du tHBBC est un grand capharnaüm. On y recense au moins cinq claviers, deux guitares, deux batteries et deux boîtes à rythmes. Pourtant, Valentin Liechti – maître des lieux pour cette édition 2019 – et les deux compères dont il s’est entouré – Arthur Hnatek et Domi Chansorn – sont tous trois surtout présentés comme batteurs. Ils démontrent ainsi qu’ils possèdent plus d’une corde à leur arc et surtout qu’une belle complicité règne entre eux même s’ils viennent des deux côtés du Röstigraben. «Cela fait plusieurs années que nous nous connaissons avec Domi, raconte Valentin, enthousiaste. C’est un musicien fantastique qui a produit des albums en solo en jouant tous les instruments. Quant à Arthur, notre rencontre remonte à l’adolescence.»

 

Pour ne pas être avare en clichés et en phrases toutes faites, on pourrait dire que les Genevois Valentin et Arthur parlent certainement la langue de la musique pour se comprendre avec Domi le Zurichois. Mais c’est faux. Car ces trois-là sautent facilement du français au suisse-allemand en passant par l’anglais. «Il y a quelques années, je suis parti étudier au conservatoire de Bâle parce que j’avais besoin de rencontrer de nouvelles personnes, d’explorer d’autres horizons, explique Valentin, 28 ans. Et j’ai été surpris par l’ouverture des gens de l’autre côté de la Sarine. Je n’y ai jamais eu une seule mauvaise expérience. Je ne m’y attendais pas forcément.» De la cité rhénane, son chemin l’a ensuite mené à Berlin. Puis à Zurich, où il vit actuellement.

 

Une ville qui vit en permanence

De son côté, Arthur, son contemporain basé dans la capitale allemande depuis plusieurs années, est aussi très souvent sur les bords de la Limmat. «Ma copine est de Zurich, ce qui me donne une bonne raison pour y être de plus en plus régulièrement», révèle l’artiste. Et pour lui, c’est le lieu idéal pour se rendre compte que la scène musicale suisse est florissante. «Il y a plein de Romands qui y vivent, poursuit-il. Peut-être que les générations précédentes avaient plus de mal à faire le pas de s’intéresser à ce qui se tramait en Suisse alémanique. Il y avait peut-être aussi une plus grande compétition entre musiciens pour décrocher des concerts. Alors que là, notamment grâce aux réseaux sociaux, on s’est aperçu que ça ne sert à rien de se tirer la bourre entre nous, mais que c’est nettement mieux de collaborer et de prendre du plaisir à faire des trucs cools ensemble, car ainsi on est plus forts. J’ai l’impression que la génération qui arrive après nous l’a encore mieux compris. Sur un marché mondialisé, la concurrence vient même d’Australie.»

 

Pour Domi, 30 ans, qui a grandi en Emmental, Zurich est la seule vraie ville de Suisse. «C’est le seul endroit du pays où il y a de la vie 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, souligne-t-il. C’est une ville musicalement très inspirante.» Et Valentin, qui abonde dans sa direction, raconte aussi le bonheur qu’il a à y vivre: «ça nous arrive avec Domi de simplement nous asseoir dans son studio et pour se faire écouter des sons.» Ce partage permanent semble donc un véritable enrichissement qui porte ses fruits. D’où le nom Mango, Peaches and Lime donné à ce projet à trois? «Non non, rigole Valentin. En fait, c’est une ligne qui vient de la chanson Sweet Life de Frank Ocean, un rappeur que j’écoute depuis longtemps. Les jazzmen ont souvent tendance à nommer chaque projet avec le nom de l’initiateur. Je voulais dépasser cela.»

 

Et quand on écoute le résultat sur scène, on comprend que leur musique va bien au delà du jazz ou de toute case cloisonnée. Tantôt techno-jazz, tantôt pop, le voyage musical proposé par le trio se distingue par des parties très rythmiques et rythmées laissant soudain place à des notes de guitare qui soutiennent la voix suave de Valentin. D’ailleurs, ce dernier n’en est pas à son coup d’essai en matière de musique à tendance plus pop. «Il y a un autre projet sur lequel je travaille depuis des années, abonde-t-il. Ça s’appelle Vsitor. Nous sommes trois, avec David Koch et la voix de Lea Maria Fries. Après deux EP, nous sortons notre premier album Keep On Running dans quelques jours, le 26 avril. Puis on aura une tournée de sept dates en Suisse entre mai et juin.» Autant dire qu’on se réjouit de le découvrir! Mais en attendant, il reste encore deux soirs pour voir et écouter Valentin Liechti, Domi Chansorn et Arthur Hnatek au tHBBC… à ne pas manquer!

Posté par Mirko Martino
vendredi 12 avril 2019
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *