Amine & Hamza: «La notion de territoire est obsolète dans notre musique»

Amine et Hamza, Tunisiens d’origine et Lausannois d’adoption, ont envoûté le public au cours de deux magnifiques performances durant le festival. Confidences à la sortie de la scène du Next Step sur un coin de table du restaurant, alors que la lune n’est bientôt plus que la seule lumière qui baigne le festival en cette heure tardive. Les deux frères racontent comment leur musique grâce à ses racines multiples permet à tout être humain d’y voir refléter une part de son existence.

Vous jouiez à domicile ce soir, quelles sont vos premières impressions sur ce concert?

Amine: C’était incroyable! Lorsque l’on passe des soirées comme celles-ci, on a simplement envie de jouer davantage. Il y a ce partenariat particulier qui se crée entre les musiciens et le public. On sent alors qu’on touche à une forme d’universalité.

Hamza: Jouer sur scène n’était pas une évidence au départ. Mais, on éprouve toujours plus de bonheur à le faire. La musique est une occasion de se faire plaisir et d’en procurer aux autres.

L’universalité, voilà un terme qui décrit bien votre musique qui mêle des influences à la fois orientales et occidentales. Comment s’est constitué ce métissage?

A.: Nos influences sont le fruit du hasard. Elles représentent notre identité qui s’est construite par assemblages successifs. On exprime simplement qui on est en toute honnêteté. La notion de territoire est obsolète. Notre musique est profondément enracinée ici. Elle reflète la multiplicité de notre provenance, comme celles des gens qui vivent en Suisse d’ailleurs.

H.: On revendique l’idée que notre univers musical constitue un écosystème avec des pièces que l’on ne peut pas séparer. Elles forment les parties d’un tout.

Quelles sont les sources d’inspiration de vos compositions?

H.: La musique est l’expression de ce que l’on vit. On essaie de communiquer nos émotions. Nos morceaux sont plutôt longs avec beaucoup de variations. Ils reflètent la complexité de la vie où l’on passe par plusieurs états d’âme, parfois en une seule journée.

L’existence justement, vous y êtes confrontés au quotidien en tant que médecins (Amine officie en psychiatrie et Hamza en médecine interne). Y a-t-il un lien entre la musique et la médecine?

H.: Les bases sont les mêmes. Il faut de la rigueur et de la discipline dans les deux cas. Mais, surtout de l’empathie, de l’amour pour les gens et de la créativité. Il y a peut-être une différence fondamentale entre les deux toutefois. Lorsque l’on pratique la médecine, on voit les gens dans les plus mauvais moments de leur vie, alors qu’ils sont heureux quand ils écoutent de la musique, du moins en concert.

A.: Je ne suis pas persuadé que les gens soient toujours heureux en écoutant de la musique. Mais, il est vrai que la médecine, comme la musique, est tout à la fois une science et un art. Tous deux requièrent de la curiosité et une envie d’explorer.

© Sébastien Bovard
Posté par Bureau
vendredi 7 avril 2017
Catégories:
Blabla
Partager

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *