Cully best nine #3

La scène suisse regorge de découvertes et d’artistes à la renommée internationale. Une fois encore le Cully Jazz Festival devient une plate-forme de partage et d’expérimentations sonores pendant 9 jours, où notre petit pays prend soudain des airs de grande métropole. Tour d’horizon des acteurs de ces échanges prolifiques avec un #best9 100% helvétique.

François Lindemann, pianiste lausannois, « musicien et citoyen du monde », artisan d’une création au Temple avec le saxophoniste Guillaume Perret et d’un Vinylculture aux références intemporelles.

Arthur Hnatek, le batteur prodige aux collaborations fructueuses, qui présente le projet novateur « Wäiss ä nöd » avec des musiciens hors pairs et toujours cette même frappe aérienne. Un plaisir de revoir cet habitué du festival, cette fois en maître de cérémonie!

Colin Vallon Trio, l’un des nominés au Prix Suisse de Musique 2016, qui a su conquérir la planète jazz avec son trio (Patrice Moret à la contrebasse et Julian Sartorius à la batterie) et présente son troisième album sous chapiteau. Classe!

Yumi Ito, jeune chanteuse-compositrice bâloise invitée au Schlagzeug, qui devrait marquer la Suisse romande de sa voix toute en finesse et son répertoire à la croisée du jazz et de la pop. Coup de foudre au rendez-vous.

Marie Krüttli Trio, meneuse de sa formation au clavier, fait assez rare dans le monde masculin du jazz pour s’y arrêter. A écouter avec la plus grande attention au Sweet Basile ou dans Vinylculture à l’œnothèque du Petit Versailles.

Simon Gerber, l’hôte du Caveau THBBC, homme orchestre (chanteur/guitariste/bassiste) au service de plusieurs formations, n’est jamais à court d’idées et va à nouveau nous le prouver les deux week-ends du festival, accompagné de la multi-instrumentiste Sophie Noir (chanteuse/bassiste/pianiste).

Louis Jucker et Emilie Zoé, les enfants terribles du rock indé, qui multiplient les initiatives créatives et présentent Autisti, tiré du dernier chef d’œuvre de Louis, L’Altro Mondo, Music with Lovers & Friends, en compagnie de Pascal Lopinat.

Matthieu Llodra Trio, l’incontournable du festival, qui vient de sortir sa première galette Tireless et anime avec une joie sans retenue les jams du Caveau des Vignerons. Chaque soir, le combo de choc fait danser les festivaliers et jouer les artistes de passage, avec la spontanéité de ses jeunes années. On aurait tort de s’en lasser!

La Kunsthalle Marcel Duchamp, son nom en hommage au dadaïsme et sa taille hors norme en font un musée ouvert 24h/24h et consacré cette année aux affiches du fondateur du Jazz Festival Willisau, qui ont marqué l’histoire de graphisme dans la musique. Une visite comme un pèlerinage.

Posté par Bureau
mercredi 5 avril 2017
Catégories:
Blabla
Partager

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *