Kala Jula fait vibrer les subtiles mélodies de la vie

Partager

L’histoire dit qu’au Mali certains hommes font tout à l’envers. Ils vous disent bonne nuit le matin, vous félicite lors d’un enterrement ou vous présentent leurs condoléances à la naissance d’un enfant. Samba Diabaté, le Malien, et Vincent Zanetti, le Suisse, affirment avec malice, mais non sans fierté qu’ils font partie de ces êtres à rebours du bon sens.

Le premier joue de la guitare, tandis que le second s’adonne à la kora et au djembé, entre autres instruments mandingues qu’il sait faire chanter.

Le duo de griots – le nom des troubadours africains – n’est plus vraiment kala (archer), mais reste foncièrement jula (nomade). Du premier Diabaté, qui était chasseur, les deux musiciens ont conservé le doigté dans le toucher de corde, même si celle-ci ne sert plus à décocher des flèches, mais des notes qui racontent autant d’histoires du quotidien toujours mâtiné de folklore malien.

Terre parfois hostile pour le physique, mais si fertile pour l’esprit qui se nourrit d’une abondante tradition orale, l’Afrique est le point de départ de chacun de leurs morceaux. Les deux poètes racontent autant la facétieuse jument qui mange les rares fleurs du jardin que l’art séculaire de la chasse au gibier. Toutes ces allégories jazzy ont en commun d’évoquer la vie avec une légère touche de mélancolie.

L’exemple le plus fort est sans nul doute ce morceau joué une seule fois après les attentats de Paris et qu’ils n’ont plus osé reprendre jusqu’à leur rencontre avec un jeune Breton récemment. Le garçon ne parvenait pas à trouver le sommeil à la veille de son premier jour d’école. Les griots ont alors ressorti cette partition qui sert à exorciser la mort pour la transformer en une agréable berceuse.

A la dernière note que l’on aurait aimé voir durer, succède un déluge d’applaudissements. Tel l’orage salvateur qui vient arroser les terres trop asséchées, il inonde les cœurs du bonheur d’avoir partagé un moment d’éternité dans un monde momentanément dépourvu de frontières.

Kala Jula / Samba Diabaté & Vincent Zanetti © Claude Dussez
Posté par Bureau
lundi 3 avril 2017
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *