Vinylculture avec Carine Zuber

Partager

Désormais bien établi, Vinylculture, le rendez-vous musical à l’Œnothèque du Petit Versailles, accueillait Carine Zuber pour un aperçu des disques qui ont jalonné sa découverte du jazz. Alors qu’elle a cette année passé le relais pour la programmation du festival à la nouvelle équipe, Carine a gardé sa gouaille et son sens de la surprise.

Espiègle, elle a avoué que Playground, un morceau de Michel Petrucciani, était la bande-son de sa première fois, la nuit de son 18ème anniversaire. Son initiation au jazz, quant à elle, s’est déroulée à 16 ans, lors d’un concert de Les McCann et Eddie Harris à la Coupole, à Bienne, à l’époque de l’album Swiss Movement et de son titre Compared To What.

Puisant dans la collection Prongué (plus de 2’500 vinyles de jazz légués à la fondation du festival), Carine a aussi présenté plusieurs artistes qui ont joué au Cully Jazz au fil des ans. Elle a convié Archie Shepp et Abdullah Ibrahim, Wayne Shorter – qui jouera vendredi à guichets fermés au Chapiteau –, Dave Holland et Charles Lloyd notamment.

Sans nostalgie, la plongée dans les souvenirs musicaux de Carine Zuber a été l’opportunité de connaître un peu mieux les œuvres séminales de la passion qu’elle a insufflé dans ce festival durant toutes ces années. Une passion qui l’a par ailleurs fait partir en trombe au concert de Bernhoft en laissant au DJ les instructions sur la suite des chansons à diffuser.

Pour d’autres révélations chocs et anecdotes en tout genre, ne ratez pas les prochains Vinylcultures qui auront lieu jeudi 14 avril avec Arthur Hnatek (batteur de Erik Truffaz et de Florian Favre), vendredi 15 avril avec Ganesh Geymeier et Raphaël Ortis (musiciens du groupe ShabraK) et samedi 16 avril avec Fabien Iannone (bassiste du Matthieu Llodra Trio).

Posté par Bureau
lundi 11 avril 2016
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *