Red hot harmonica

Partager

Le petit instrument a élu domicile sur le devant de la scène dimanche soir pour une démonstration musclée.

Après la fièvre du samedi soir, Cully s’est enfin calmée. La plupart des caveaux sont fermés, on met moins d’une minute pour traverser la cuisine à l’heure de pointe et le staff s’est réfugié au Schlagzeug pour profiter d’un moment intime avec Tobias Preisig. Pendant ce temps là, les jolis minois de Charles Pasi et de ses acolytes débarquent sur la scène du Next Step.

Départ en trombe avec le beau gosse parisien, qui alterne entre chant et harmonica. On préfère nettement quand il démontre ses talents avec le deuxième. Tous nos préjugés sur ce petit instrument volent en éclats quand il rivalise avec la puissante batterie ou se lance dans un solo endiablé.

En bons élèves touche-à-tout et sûrs d’eux, les musiciens passent d’un air pop à des morceaux plus classiques, en passant par des clins d’œil aux Red Hot Chili Peppers et autres groupes hard rock des années 90. Les puristes seront peut-être déçus, mais le raout a le mérite d’enlever toute trace de somnolence post repas de famille du dimanche midi. Surtout quand ils se retrouvent pour un solo tribal de batterie à huit mains. Du début à la fin, ils sont là pour passer du bon temps et profiter de leur premier festival en Suisse: « Merci d’être venus, merci d’être restés! C’est la dernière. Maintenant, on a envie d’aller s’amuser et profiter de Cully. » Restez jusqu’à lundi, ça s’annonce grandiose!

Posté par Bureau
lundi 8 avril 2013
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.