Deux mots avec Frederika Stahl

Partager

Frederika Stahl et son groupe sont arrivés à Cully après un long voyage en bus, a peine le temps de se rafraichir la moindre que nos micros étaient déjà sous son nez :

Pas trop fatiguée ? Ca vous plait d’être en tournée ?

J’adore ça ! La sortie du bus n’est jamais le meilleur moment mais je suis ravie de voyager en Europe. Les décors changent très vite, le public est différent à chaque endroit… Un peu stressant par fois vu que c’est une nouvelle aventure chaque jour ! Je n’ai pas vu grand chose de Cully encore mais je sais que c’est très beau !

Votre album « Off to dance » est sorti récemment, comment s’est passé la composition de ce disque ?

C’est de plus en plus difficile car je n’aime pas me répéter. Je creuse un peu plus à chaque fois… A la fin de « Sweep me away », j’ai eu envie d’autre chose. J’ai pris plus de risques, j’assume ma mélancolie ! C’est comme ça que j’écris mes chansons, mélancoliques mais pas tristes ! Rob Ellis (producteur de l’album) m’a proposé une équipe de multi instrumentistes avec laquelle j’ai travaillé presque en huit clos ! Nous étions dans une maison au pays de Galle, au milieu de nulle part, coupés du monde, et chacun apportait ses idées. C’était très collaboratif et ça change beaucoup de ma façon de travailler.

 

Posté par Bureau
samedi 6 avril 2013
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.