16

Partager

Allez, un peu de calme. Un lundi, de calme. C’est toujours notre trou normand, le lundi, celui qui nous aide à digérer le premier week-end pour attaquer la semaine sereinement. C’est aussi le jour qui permet à l’équipe d’essayer de retrouver ses neurones, de se revitaliser. Et pour ça, le programme était plutôt adéquat.

Jean-Lou ? Sur les rails, le petit. Pas vraiment de souci à se faire pour lui. Interregio, intercity, intereurope et bientôt interplanétaire. Sisi, avec un sens pareil de l’équilibre collectif et une répartition aussi minutieuse de l’harmonie, aucun souci à se faire pour lui. Loin ! Loin !

On remonte. Piers fait son entrée, se fait chialer à la tronche par un bébé. Restons calme. Espace ingrat, tout au fond tout dans le noir, tout au chaud et tout au loin. Mais je m’envole haut, haut, plus haut que je ne pensais jamais pouvoir voler. Je l’attendais ce concert, ce dialogue en aller-retour, lui et elle, elle et lui, tout doucement mais avec tellement de puissance que tout l’air en devient perceptible jusqu’aux voûtes. Deux voix, ou plutôt trois avec celle du violoncelle puisque c’est une voix aussi, Oxmo s’est fait avoir d’ailleurs dimanche quelle mélodie pour une fois c’est nouveau ça ! Ça chante donc, de partout et dans tous les sens et qu’est-ce que c’est bien encore une s’il vous plaît, merci, merci, merci infiniment.

Youn Sun Nah par le bout de la lorgnette juste le temps de la voir aux prises avec le temps, ce vieux Léo quelle beauté ici aussi quelle délicatesse et tout le concert était comme ça ? Vraiment ?

Épilogue. Mode anniversaire, mode surprise. Je n’ai encore rien écrit de ces pépites à droite à gauche mais bam, cadeaux et ce soir ç’en est un gros regardez ça. Piers et Dom reviennent et ho qui voilà bonsoir Jean-Lou, bonsoir Youn et bonsoir Vincent vous avez passé une bonne soirée ? Hé bien même pas fatigués, les voilà qui repartent tous à tour de rôle, tous ensemble, encore une fois et une fois de plus. Un jam en mode songwriting-pop vous avez déjà vu ça vous ? Moi pas. Je la déguste celle-là, promis, encore un moment à l’indélébile dans mes souvenirs quel bonheur pur !

Mais qu’est-ce qu’on a fait à la vie pour mériter tout ça ?

Posté par Bureau
mardi 17 avril 2012
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *