Le tour des caveaux – un caveau bien serré

Partager

Le propriétaire, Hubert Detray, vous en parle.

Un endroit exigu, un air des années « C’était mieux avant » et une très belle machine à café. Comment est né ton caveau? Quel est son histoire ?

L’idée était déjà un peu là depuis un moment. On habite au centre de la manifestation, on avait un espace à disposition alors on avait envie d’en faire quelque chose. Le coup de départ, c’est en discutant avec un ami, le leader des Pousses-Teddy, qui m’a lancé le « chiche » : je m’occupais du lieu, il faisait la chanson. La première année on a ouvert 3 soirs.

Le cadre est né de mon amour pour le café. J’ai restauré une vraie machine à café italienne d’époque, une Faema E-61, et j’avais donc envie de l’associer complètement au lieu, le Caoua jazz était né.

On y sert donc plusieurs spécialités de café. Au début, le café-grappa avait un très grand succès. On vidait plusieurs bouteilles de grappa pendant le festival. Mais depuis le 0.5 pour mille, la consommation a nettement diminué.

Quel est le groupe qui joue dans ton caveau ce soir ? Comment se passe la programmation ici ?

C’est « Le Tournesô ». La programmation se passe entre les programmateurs du OFF et nous. On discute ensemble des groupes, entre nos envies et leurs propositions. Ici, la musique c’est entre le jazz et la chanson française, c’est un style que nous aimons particulièrement.

Avez-vous une anecdote particulière à nous raconter ?

L’an dernier, Evelyn Trouble avait été programmée juste avant qu’elle ne devienne connue. C’était un gros stress, car le lieu est tout petit. La salle était pleine à craquée et la rue bondée. De l’autre coté de la rue, les gens étaient collés au mur pour passer leur chemin.

Sinon, on a eu la chance de voir K à torse nu dans le caveau, avant qu’il ne fasse la grande scène du Paléo.

Un Slogan ?

Un p’tit café ?

Posté par Bureau
samedi 10 avril 2010
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.