Le tour des caveaux – honneur aux ainés

Partager

Caveau Potterat5

Les propriétaires, Jean-François et Jacques Potterat, vous en parlent.

Votre caveau est unique en son genre, le seul lieu d’exploitation viticole à l’année. Comment est né votre caveau ? Quel est son histoire ?

J-F P. – Au début du festival de jazz de Cully, il n’y avait pas de caveau. La deuxième année du festival, il n’y avait plus de billet, et les organisateurs trouvaient bête que les gens repartent. Ils ont pensé alors à faire un lieu pour les gens qui ne pouvaient pas aller aux concerts. Emmanuelle Gétaz, le fondateur du Cully Jazz a alors pensé à notre pressoir, puisque à l’époque, sa famille venait jouer de la musique dans ce lieu pendant les vendanges.

J. P. – Au début seul le pressoir était ouvert, c’était exclu d’ouvrir la cave. Puis petit à petit, la cave s’est ouverte, la cour, et enfin le dernier local.

J-F P. – Le staff qui travaille ici sont tous des parents d’enfants qui sont dans le staff maintenant. L’équipe s’est complétée au fur et a mesure de l’agrandissement, mais il s’agit du même noyau dur depuis le début.

Qui vient ce soir dans votre caveau ?

J-F P.- Euh… les Swing cats je crois bien.

J P – Ouais c’est juste, par contre mercredi soir je ne connais pas le groupe.

J-F P. – Mais si, c’est les voisins !!

Il s’agit donc de «Vieux » Jazz, pourquoi ce style particulier ?

J.P. – La musique va bien dans le cadre, il y a eu une année où un groupe d’électro-jazz était venu. Ils devaient être 4, ils sont venus à 7, la musique était beaucoup trop forte, et c’était nul. Ca ne collait pas du tout. Depuis, le style n’a jamais changé.

Un Slogan ?

J.P. – Pour tenir jusqu’au bout, buvez Courseboux !

Posté par Bureau
vendredi 9 avril 2010
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.