Palliatifs

Partager

Vous en avez marre d’attendre ? Vous ne tenez plus en place ? Vous voulez du jazz, maintenant, et pas dans un mois ?

Voilà deux bons plans pour se faire des shoots palliatifs d’ici au 9 avril.

1. Osez Lucerne !

Ce samedi, prenez le train, ça vaut la peine d’aller dans la vitrine touristique de la Suisse. À part des touristes japonais et un pont qui fait parfois office de barbecue géant, il s’y trouve aussi un endroit sympa qui s’appelle le Südpol et qui a le bon goût d’accueillir le mini-festival d’une soirée du label Veto Records.

Vous connaissiez pas ? Moi non plus. Mais quand j’ai vu le flyer, j’ai su que je passerai pas mon week-end à Lausanne.

flyer_veto_records_festival

Quand même. Et comme ça commence à 17h, vous devriez avoir le temps de manger un bretzel en buvant une bière avant. J’y serai avec mon pull du staff, trouvez-moi pour boire un coup. Et comme je suis petit, cherchez Malcolm, ça sera plus simple.

2. Le mercredi, c’est jam

Voilà le genre d’initiative qu’on attend depuis longtemps, à se demander pourquoi personne n’a eu le courage de le faire plus tôt: Wolfgang Hanninger, saxophoniste du conservatoire de Lausanne (qui se produira d’ailleurs avec son projet « French-Swiss Connection » le jeudi 15 au Schlagzeug), propose tous les mercredi soirs une scène « ouverte » à la HEM au cinéma Oblò:

flyer_hem

Autant dire que c’est le genre de truc qu’on adore, et qu’on aimerait beaucoup voir plus souvent par chez nous. Le programme pour les prochaines semaines est le suivant:

Concert 10 mars:

Robert Bonisolo, soliste de renommé internationale, professeur de saxophone à la HEM

Robert Bonisolo est canadien aux origines italiennes. Il a fait ses études au Berklee College of music aux Etats-Unis. En 1987 il gagne le prix comme « Uprising Star » de l’état canadien. Il s’est produit avec les plus grands musiciens du monde: Joe Viola, Kenny Wheeler, Joe Lovano, Steve Coleman, Dave Holland, Lee Konitz, Randy Brecker, etc….

http://www.myspace.com/robertbonisolo

Concert 17 mars:

Jean-Pierre Schaller, bassiste électrique, professeur à la HEM

Jean-Pierre Schaller naît et grandit à Bienne. Enfant, il découvre la guitare en autodidacte. A l’adolescence, c’est vers la basse électrique que le portent ses goûts et il ne décrochera plus… Il suit alors des cours à l’Ecole de Jazz de Bern et fait ses premières armes à Paris où il se produit dans des clubs. Durant les années ’90, il décroche son diplôme professionnel dans la section Jazz du Conservatoire de Montreux.

Tout en explorant différents courants expérimentaux, jazz ou rock, dans des groupes comme No No Diet Bang ou Alma Tadema de la chanteuse Espe – avec lesquels il écume les clubs alternatifs européens et nord américains – il collabore avec des têtes d’affiche du jazz telles que Mathieu Michel, Didier Lockwood, Randy Weston, Eric Seva ou Sylvain Beuf.

En 2001, il fonde, avec la saxophoniste Fabienne Hörni, le groupe Scorpio Electric pour lequel il écrit des compos jazz-ambient-pop épicées et suaves.

De 1996 à 2008, c’est avant tout dans le registre jazz-funk, au sein des Clients Funk Society, qu’il séduit les scènes de Suisse et d’ailleurs. Parallèlement, toujours curieux de nouveaux sons et de nouvelles rencontres, il fait des incursions dans la musique classique contemporaine et métissée, voire résolument orientale, avec des projets tels que Est-Ouest, du compositeur Antoine Auberson ou Chayara de la chanteuse El-Baze.

http://www.jpschaller.ch/

Concert 24 mars:

Hommage à Chet Baker

Jean-François Baud , trompettiste, professeur à la HEM

Jean-François Baud à suivi sa formation au
Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris où il obtient son Diplôme de Formation Supérieure spécialité jazz. Il s’est produit dans les festivals de jazz internationaux les plus prestigieux (Vienne, Marciac, Paris, Coutances, Toulouse, Montréal, Varsovie, Mexico, Athènes) notamment au sein du groupe ElectroDeluxe et du quartet parisien de Julien Lallier. Il a étudié l’harmonie, le contrepoint, la fugue, l’orchestration et l’arrangement. Il est compositeur, arrangeur, et travaille en collaboration avec les Editions Musicales Combre.

Là. Pigé ? Alors, secouez-vous le sac et allez-y voir, histoire de montrer à ces gens de la culture que le jazz peut avoir une place dans la vie nocturne lausannoise autrement qu’avec 35 couches de verni croûteux par-dessus. On vous le rendra.

Posté par Bureau
jeudi 4 mars 2010
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *