Ein Ausflug nach Willisau, épisode 5

Partager

Dimanche.
Hé oui, dimanche. À Willisau, on fait ça jusqu’au dernier dimanche, et cette année c’est gala. Gala pourquoi ? Hé bien, si j’avais assez de papier à disposition et une bonne dizaine d’heures devant moi, j’essayerais de vous décrire ce qu’est la dynastie Troxler. On va rester bref, et expliquer simplement que le big boss de la manifestation s’appelle Niklaus Troxler, qu’il a créé le festival de ses blanches mains, l’a fait vivre depuis 44 ans, et se trouve être membre d’une famille plutôt nombreuse et plutôt bien implantée dans le village, puisqu’on compte exactement 14 staffs qui portent le même nom de famille (sur 111), et que si on remonte la rue principale on voit ce nom écrit sur la vitrine d’un commerce sur deux.

Simplement aujourd’hui c’est gala, parce que cet illustre personnage raccroche, tire sa révérence en ce jour exactement, et que l’ensemble des concerts qui vont se dérouler lui sont dédiés, et qu’il passe le flambeau à un… Troxler, Arno de son prénom, son neveu.
Ce mec assez bonnard, ça tombe bien, on le connaît déjà. Il est venu chez nous cette année tenir la rythmique de Heidi Happy (la lucernoise, vous vous souvenez ?), et le voilà qui justement va s’installer derrière sa batterie pour donner le premier concert de l’après-midi. C’est bien vu: dès l’édition prochaine il ne pourra probablement plus, par décence et bon sens, se programmer lui-même.

Il joue là avec Feigenwinter 3, le trio du pianiste bâlois Hans Feigenwinter. Quid ? Un trio ? J’accoure ! Je vole ! Oh ! Oh ? Argh. Basse électrique. Aouch, mauvaise prise de son sur le piano. Deux fois dommage pour trois jeunes qui méritent mieux que ça. Retenez leur nom, quand ils auront trouvé un bassiste qui est capable de mieux capter le magnifique dialogue qui se joue entre le pianiste et le batteur et un ingé son potable, on va les revoir très vite, très haut et très souvent.

Deuxième entrée pour ce repas de fête, un duo assez inattendu, une chinoise inconnue avec un batteur du pays. Mais là désolé, je zappe. C’est pas mon domaine, c’est pas mon héritage, c’est pas dans mes cordes. J’ai passé une petite (heureusement) heure très pénible au niveau auditif, pour voir une chanteuse (?) s’égosiller en jouant de la harpe ou quel que soit le nom de son instrument, accompagnée avec grand peine par un percussionniste qui a drôlement mouillé la chemise. Seul rapport avec le public « achetez notre CD ». La Chine, ça sera pour une autre fois.

Grand finale, Marc Ribot. Marc Ribot ! Je vous parlais un peu plus haut de Lucien Dubuis, hé bien ça faisait depuis notre édition 2004, lorsque le second avait invité le premier pour une prestation dont beaucoup se souviennent, que je n’avais pas revu ce guitariste de génie.
Magnifique manière de clore un festival, magnifique manière de me réconcilier avec les guitaristes jazz après la demi-molle de Scofield la veille, et magnifique nouvelle formation que le new-yorkais nous amène pour l’occasion (« Sun Ship »): il joue avec une jeune padawan en face de lui qui sert tantôt d’écho naturel à ses rythmiques, tantôt de point d’intérêt central sur scène, et les deux autres semblent prêt à envoyer du bois quand leur leader lève le petit doigt. Un magistral tour de force, des compositions qui trouvent l’équilibre parfait entre un free jazz absolument décomplexé et des relents de vieux rock crade à la disto pas que nette… Ce fût splendide. Une discussion avec des aficionados encore un peu plus hardcores que moi après le concert me renseigne sur leur scepticisme, alors peut-être avais-je l’avantage d’une oreille encore relativement fraîche (pas sûr que l’adjectif convienne après 5 jours de festival) sur la discographie du bonhomme pour jouir de tout mon saoul. Qu’importe la raison, j’ai hautement apprécié, et même l’ultime retard de train pour regagner une ville aux dimensions décentes n’aura eu que très peu d’importance après cette magistrale beigne en pleine gueule.

Voilà, moi je suis rendu. C’était une belle expérience, j’ai vécu de bons moments et je suis content d’avoir eu le temps de m’immerger dans ce festival organisé plus comme un tournoi de frisbee que comme une manifestation de jazz de haut vol. Ces suisse-allemands n’ont pas fini de nous étonner.

Posté par Bureau
mardi 8 septembre 2009
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.