Microcosme nombriliste

Partager

J’ai du partir, très loin, à exactement 6 minutes de train, pour aller faire réviser mon outil de travail, et puis alors bon j’y suis allé et j’ai quitté notre planète bleue pour quoi une heure peut-être même pas ou un peu plus, une heure même pas si loin des vignes mais dans tout ça le plus important c’est que c’était plus Cully c’était ailleurs, pas si longtemps mais ailleurs.

Les gens sont gris, nous on est bleus, pourquoi ils sont gris ailleurs, non mais vous avez vu vos têtes là-bas ? les sourires chez nous c’est une base chez vous c’est vulgaire vulgaire aussi de hocher du front en rythme ça se fait pas ça monsieur s’il vous plaît vous êtes dans un train s’il vous plaît n’ayez pas l’air heureux c’est vulgaire, c’est la musique qui vous fait ça ?

C’est la musique qui me fait ça, c’est la musique qui nous fait ça chez nous c’est normal et chez nous c’est beau, ces sourires, ces rythmes ces hochements du front on s’y reconnaît entre nous signe distinctif signe commun signe qu’on est heureux qu’on est bleus et qu’on a mon dieu pas envie de s’en aller cette fois ça va être vraiment arraché, arraché à tout ça mais pour l’instant on y est encore au chaud au doux, Yaron ! Mélissa ! Au secours vous avez vu leurs têtes là-bas venez ici restez ici ne repartez jamais si seulement jamais mais hahaha faut pas s’imaginer non plus.

Posté par Bureau
vendredi 3 avril 2009
Catégories
Blabla

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *