L’Aurore (bleue)

Partager

Bon, j’avoue mon parti-pris tout-de-go, Avishai Cohen c’était un des concerts que j’attendais avec le plus d’impatience de tout le festival. J’étais tombé absolument amoureux de son album en trio, Gently Disturbed, et j’en attendais tant de ce mélange jazz – classique virtuose et puissant…

Hé bien voilà, la claque une nouvelle fois. Mais pas sur la droite, sur la gauche, celle du cœur: ça m’a retroussé à peu près les mêmes vertèbres que celles qui avaient ramassé devant Anouar Brahem.

Avishai est venu avec sa nouvelle formation, et comme il l’a si bien expliqué il étrenne juste une nouvelle formule, un nouvel album, des nouvelles compositions, un projet qui s’appelle Aurora et qu’on a tous découvert ce soir…

Des musiciens jeunes, très jeunes, incroyablement talentueux… Les mots me manquent (sans blague), et je pourrais recommencer à broder sur le terme de Beauté, mais en fait j’ai pas envie. C’est le genre de concert tellement émouvant qu’on se sent tout petit, avec son alphabet à 26 lettres et son vocabulaire défini. J’ai pleuré 3 fois.

Notre chapiteau a aimé aussi. Il a même essayé de chanter avec, par moments, et l’ensemble a joliment pris des airs de Nave Va…

Posté par Bureau
mercredi 1 avril 2009
Catégories
CullyScope

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.