Bruits humides

Partager

N’en déplaise aux grognons, il se passe ici quelque chose de magique

9 jours de festival, 7 jours de pluie. Ca faisait longtemps que le ciel ne s’était pas autant acharné sur Cully. Et pourtant, le soleil est dans le coeur des festivaliers, le staff fait preuve d’une endurance souriante à nulle autre pareille (voir le blog de Malcolm Braff), les artistes se surpassent et la caravane passe.

Bon, mais alors (la question est sur toute les lèvres), toute cette flotte, c’est la faute aux organisateurs, n’est-ce pas? Selon des informations non confirmées, ils auraient volontairement choisi une semaine de pluie pour faire un gros déficit histoire de faire payer la facture à la commune. D’autres informations font état de détournements massifs de la part de membres du staff déguisés en super-héros. L’argent détourné serait destiné à reconstruire les cabines téléphoniques que l’invention du téléphone portable tend à faire disparaître. Clark Kent pourrait ainsi à nouveau passer son costume facilement.

Magique, non? Et si nous passions du bruit à la musique?

Posté par Bureau
samedi 1 avril 2006
Catégories
Blabla
Mots-clés

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *